l'histoire d'Aïcha la mère des croyantss

l'histoire d'Aïcha la mère des croyants

éPISODE 1: 'Aïcha, l'enfant

l'histoire d'Aïcha la mère des croyants

Clique pour déverrouiller l'épisode

    • Wa aleikoum Salam wa rahmayoulahi wa barakatouh, vous avez un message d’erreur qui s’affiche ? Avec vous un Adblock sur votre navigateur ? Si c’est le cas alors essayez de le désactiver et essayer à nouveau de regarder un episode, ça devrais fonctionner inchallah

  • Premièrement, je regarde,
    deuxièmement je Partage
    barakallah oufikoum

    Barakallah oufikoum, grâce à ton action: tu nous aide !! En conclusion tu contribue à Voix Offor Islam même en partageant les vidéos ;). C’est en faisant de petit pas que l’on réalise de grandes choses, par la volonté d’Allah.

    Partager sur facebook
    Partager sur twitter
    Partager sur whatsapp
    Partager sur telegram

    Nous avons besoin de vous ! Barakallah oufikoum

    l'histoire d'Aïcha la mère des croyants

    Louange à ALLAH et la paix et le salut sur le prophète Mohamed.

    'Aïcha , l'enfant

     L’histoire d’Aïcha la mère des croyants est née à la Mecque, 7 ans avant l’hégire.  

    Elle a passé les premières années avec son père Abo Bakr El Siddiq qu’ALLAH l’agrée. Puis elle passa les neuf années qui suivent avec le prophète.  

     ‘Aïcha a vécu son enfance avec son père et sa jeunesse avec le prophète. Elle a vécu après la mort du prophète, jusqu’à l’époque du califat de Muawiya. Sous lequel elle décéda la nuit du mardi qui correspondait au 17 ème jour du ramadan. Soit 58 ans après l’hégire à l’âge de 66 ans. Les traits de caractères de ‘Aïcha, ses talents et ses capacités sont apparu très tôt dès son enfance. 

    Parmi les éléments qui prouvent son intelligence et sa mémoire est ce qu’elle se rappelle avoir dit en étant enfant : « Un verset du Coran était descendu sur le Prophète alors que je jouais, courrais avec mes copines (le verset 46 sourate al Qamar ). 

     

    'Aïcha était durant son enfance comme toutes les filles de son âge.

    Très active, elle aimait jouer avec ses copines à la balançoire ou autres jeux avant et après son mariage avec le prophète. 

    Il était très attentionné et compréhensif vis-à-vis de son jeune âge et l’autorisait à s’amuser avec ses jouets et ses copines. Comme elle le dit elle-même :« je jouais avec mes amies au temps du prophète et elles me rendaient visite ». Et lorsque le prophète rentrait elles devenaient timides et cherchaient à se cacher. Mais le prophète les rassuraient en leur permettant de rester ». 

    Elle ajoute également : « un jour des habachites jouaient à côté de la mosquée aux lancer de bâtons. Le prophète pbsl remarqua ma curiosité vis-à-vis de leur jeu. Je n’arrivais pas à apercevoir à cet âge-là à cause de ma petite taille. Il me dressa alors sur son dos. Je posai ma tête sur son épaule pour pouvoir les observer. Le prophète maintenait sa position jusqu’à ce que je me lasse de moi-même ou que je veuille descendre ». Le prophète était impressionné par son langage très développé pour son jeune âge et en était admiratif. Il faisait preuve de beaucoup d’attention et d’égard envers elle.

    Un jour le prophète est rentré dans sa chambre pendant qu’elle s’amusait avec ses jouets, et il lui dit : qu’est-ce que c’est ? 

    Elle répondit : « mes jouets » alors il lui dit « et celui-ci » elle lui répondit : « un cheval avec des ailes » il lui dit alors « un cheval avec des ailes ? » elle répondit « le prophète Suleyman n’avait-il pas un cheval avec des ailes ! » 

    Le prophète se mit alors à sourire de plein cœur. Il apprécia sa répartie. ‘Aïcha avait une vitesse de compréhension et sa connaissance était grande malgré son jeune âge. 

    Elle est morte en étant savante et cultivé. La mère des croyants avait une connaissance culturelle de sa nation. Mais également des autres nation grâce aux nombreuses délégations étrangères qui venaient à la rencontre du prophète. Elle a surpassé de nombreux hommes par son savoir et sa connaissance. 

    l'histoire d'Aïcha la mère des croyants

    La mère des croyant a appris la sunna du prophète. Elle a transmis aux musulmans tout ce qu’elle avait aperçu de son comportement et de ses attitudes vénérables par l’ordre d’Allah (verset 34 sourate al ahzab/ la sagesse est la sunnah prophétique).

    Cette sagesse est la raison pour laquelle Allah a fait une révélation au prophète.  Se marier avec ‘Aïcha à cet âge. Elle a pu grâce à ce mariage partager les dernières neuf années de la vie du prophète et préservé la religion d’ALLAH à travers son apprentissage à la sunna du prophète. C’est pourquoi ALLAH a prédestiné par sa sagesse et son savoir qu’Aïcha grandisse avant l’âge. C’est-à-dire que malgré qu’elle n’était encore qu’une enfant. Elle a développé une maturité  grâce à ses connaissances et ses expériences. 

    Après la mort de Khadija, le prophète a été épris d’une profonde tristesse. ALLAH lui a alors envoyé l’ange Gabriel, il portait avec lui un berceau et s’avança vers le prophète et lui dit : « celle-ci te délivreras de ta tristesse et sera à tes coté à la place de Khadija » et il l’a ensuite reprise. Le temps passe après cette vision et le prophète se rendait de temps à autre chez Abou Bakr . Il pbsl demandait à Oum roman de prendre soin de ‘Aïcha, de  bien la traiter, de l’estimer lui à travers elle. 

     

    Les recommandations du prophète envers 'Aïcha lui ont donné une place privilégiée dans la famille.

    De par l’attention que le prophète pbsl lui accordait. La famille n’avait pas pressenti le rôle qu’ALLAH lui avait destiné. 

    ‘Aïcha raconte que le prophète pbsl lui avait dit qu’il avait rêvé d’elle deux fois. La première fois elle était habillé en soie et que l’ange Gabriel lui avait dit qu’elle sera sa future femme. Il a ensuite relevé le voile en soie qui recouvrait son visage.  Il l’a reconnu, le prophète a alors dit que la volonté d’Allah se réalisera (et la deuxième fois qu’on a évoqué précédemment) sahih al Bukhari .

    Cependant le prophète n’est pas parti demander ‘Aïcha en mariage. Jusqu’à ce que Khaula, une femme sage, épouse de Othman ibn mab ‘un lui a évoqué ‘Aïcha et le lui a recommandé de l’épouser.

    Le prophète est donc parti demander la main de 'Aïcha à Abi Bakr à l’âge de ses 9 ans. Elle a atteint ses 18 ans à la mort du prophète. 

    Le mariage de ‘Aïcha à cet âge a été assez controversé par les mentalités de notre temps moderne. Nous n’allons pas nous élargir sur ce sujet. Mais il me suffit de dire cette citation arabe : «Il faut connaitre une chose en sa globalité pour émettre un jugement dessus». 

    Cependant, ceux qui ont une perception réelle de l’environnement de vie des arabes. De leur mentalité à cet époque sauront avec certitude que le mariage des filles à leur puberté faisait partie de leur coutume culturelle. 

    De plus, pas besoin de s’aventurer très loin, à l’époque de nos grands-mères dans la majorité des pays. Une jeune fille se mariait et pouvait même devenir mère à l’âge de 12 ans. Cela faisait partie de leur coutume de marier leur filles si elles en avaient la capacités. Ils arrivaient mêmes aux parents d’être pris d’inquiétude si leur fille de 12 ans n’avait pas encore été demandé en mariage. 

    Le mariage à cette époque était fondé sur leur capacités intellectuelles,

    physique et sexuelle et pas seulement sur la pubertéA savoir qu’Allah a souligné cet coutume en l’évoquant dans le verset numéro 4 de la sourate Al Talaq. En parlant du cas de celles qui divorcent avant leur puberté. Mais les choses sont différentes maintenant. 

    Le temps, les coutumes, les conditions et l’environnement ont changé. Donc parallèlement les fatwas et les dispositions islamiques aussi. Il faut prendre en connaissance de l’objectif de ce mariage, les intérêts et les maux de chaque parti. 

    Il est certain que la question du mariage à cet époque était tout à fait normale. 

    Des dizaines de récits à chaines de transmissions authentique révèlent le mariage de ‘Aïcha à l’âge de 9 ans. Aucune opposition de toute sorte n’a été relevé ni des musulmans, ni des juifs, ni des mécréants ni des perses qui ont été informé de ce mariage à l’époque.

    Le mariage d'Aïcha avec le Prophète Mohamed pbsl

    Le mariage du prophète avec ‘Aïcha a été consentie par ses parents, il a été annoncé publiquement et fêter, les femmes y étaient rassemblées avec ‘Aïcha d’un côté et les hommes de l’autre. 

     ‘Aïcha a même été demandé en mariage par un compagnon avant le prophète. Il était encore mécréant et s’est convertit peu après. 

    De plus la première à avoir fait référence à ce mariage était cette femme sage Kaula bint Hakim après la mort de Khadija. 

    Tout cela vous le retrouverez détailler dans les sources authentique et reconnue de la sunnah. Comme par exemple que la fille a un avis sur son mariage et qu’elle a le droit de refuser car son accord est primordial. Il a été relevé dans un hadith qu’une fille s’était rendu auprès du prophète.  Pour lui dire que son père voulait l’a mariée mais qu’elle n’était pas d’accord. Le prophète pbsl lui alors dit que ce mariage était soumis à son simple choix et libre à elle d’accepter ou de refuser. 

    Il y a également un récit rapporté par ‘Aïcha, ou elle dit avoir demandé au Prophète si les parents devaient demander à leur fille son avis avant de la marier. Le prophète pbsl lui a répondu qu’elle doit donner son accord .Pour que le mariage soit licite et agrée par Allah. ‘Aïcha a alors dit qu’elle pourrait être prise de timidité et ne pas répondre. Le prophète lui a dit que ce sera le signe éventuel de son accord. 

    Il y a d’autres réponses sur la question du mariage de ‘Aïcha. Des réponses islamique, scientifique et même médicales mais ce n’est pas dans la directive de l’émission. 

     

    Les bienfaits de son mariage avec le Prophète pbsl

    ‘Aïcha a remporter par son mariage avec le prophète l’honneur. La gloire et le bonheur dans la vie d’ici bas et dans l’au delà dans tous ses aspect. On peut comparer ‘Aïcha à une graine qui a été semé et qui a fleuris sous l’islam à travers. Sous la tutelle de son père puis sous celle du prophète. 

    Elle a donc été élevé au sein d’une famille entièrement musulmane. Aucun des compagnons n’a eu un tel privilège. Abou Bakr est le seul dont son père sa mère ses enfants et ses petits enfants ont  embrasser l’islam durant la vie du prophète. 

    ‘Aïcha révèle n’avoir connu ses parents que en tant que musulmans pratiquant à la religion. Il n’y avait pas un jour qui passait sans que le prophète leur rendent visite.  

     

    Aussi, dans l’histoire d’Aïcha la mère des croyants on remarque qu’il lui est arrivé comme il est arrivé à toute les autres fille. Se faire disputé par sa mère, gronder par son père. Le prophète pbsl est parti un jour chez Abou Bakr. Il a aperçu à son entrée ‘Aïcha cacher derrière la porte entrain de pleurer. Il lui a demandé la raison de ses pleurs  et elle lui a répondu qu’elle pleurait à cause de sa mère et qu’elle était triste. Le prophète pbsl s’est alors attristée à son tour et ces larmes ont coulé  car il n’est que miséricorde. Il s’est ensuite dirigé vers sa mère Oum rouman et lui a dit : ne t’ai-je pas demandé de prendre soin d’elle, de me respecter à travers elle ? 

    Elle lui a alors dit : « Ô prophète, elle a rapporté à son père et il s’est fâché contre nous ! » elle parle en étant naturelle en étant en accord. 

    Il lui a répondu : « et même si elle le fait, soyez tendre envers elle, elle n’est encore qu’une enfant ». Elle lui a alors répondu qu’elle ne la disputerait plus jamais.  Je vais donc conclure avec cette question : comment approprier ce que l’on a appris sur l’enfance de ‘Aïcha, sur son comportement et sur les évènements de sa vie dans notre vie d’aujourd’hui ? 

    Les leçons à retenir de l'histoire d'Aïcha la mère des croyants

    Premièrement, l’enfance de ‘Aïcha nous a prouvé que cette période commune à toutes les personnes est une période de structuration et de développement des capacités.

    Deuxièmement, l’importance de jouer pour les enfants. C’est une manifestation du développement mental, intellectuel de l’enfant car l’évolution de ses jeux reflète son degré de maturité mentale et de conscience et le jeu est une activité spirituelle pure pour l’enfant.

    Troisièmement, La religion se mesure non seulement par la raison, mais aussi par la révélation constante du coran et par la sunnah authentique du prophète. Parmi les attributs les plus importants des croyants est la croyance de l’invisible connu par Allah.

    Quatrièmement : Les coutumes varient selon l’époque et à moins qu’elles ne soient prouvées par un texte islamique authentique. les gens peuvent les changer suite au changement de l’époque, de l’environnement des circonstances et des conditions. Tout cela peut changer les fatwas et les jugements en fonctions des fins, des intérêts et des méfaits.

    Cinquièmement: 

    ‘Aïcha est un modèle et sa vie est une école qui doit être enseignés aux nouvelles générations et en particuliers les filles. 

     

    >
    %d blogueurs aiment cette page :