Aïcha la mère des croyants

AïCHA LA MèRE DES CRoYANTs

'Aïcha L'adolescente, épisode 2

Aïcha la mère des croyants

Clique pour déverrouiller l'épisode

Premièrement, je regarde,
deuxièmement je Partage
barakallah oufikoum

Barakallah oufikoum, grâce à ton action: tu nous aide !! En conclusion tu contribue à Voix Offor Islam même en partageant les vidéos ;). C’est en faisant de petit pas que l’on réalise de grandes choses, par la volonté d’Allah.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram

Nous avons besoin de vous ! Barakallah oufikoum

Aïcha la mère des croyants

Louange à ALLAH et la paix et le salut sur le prophète Mohamed.

'Aïcha l'adolescente

Aïcha la mère des croyants sont adolescence est le sujet de notre épisode d’aujourd’hui. Comment ‘Aïcha a vécu sa jeunesse? Comment était son comportement d’adolescente au sein de sa famille? De quelle qualité était sa relation avec son père, sa mère, ses sœurs, ses frères? Beaucoup de questions dont les jeunes filles voudraient des réponses. Par exemple comment ‘Aïcha la mère des croyants a vécu cette période sensible de l’adolescence et comment l’a-t-elle surmonté? Comment pourrions-nous tirez profits de ses expériences? De son attitude face aux différentes situations qu’elle a pu rencontrer?

 

‘Aïcha la mère des croyants est née comme toute les autres filles. Elle a vécu son enfance au cœur de sa famille à la Mecque. Ils habitaient dans un gîte conçu à partir de boue. Elle a plus tard emménagé avec le prophète Mohamed pbsl à Médine. ( revenir sur l’histoire d’ ‘Aïcha la mère des croyants l’enfant )

 

Aïcha la mère des croyants comme toutes jeunes filles à traverser cette période sensible qu'est l'adolescence.

Elle a su pour autant préserver sa piété et son bon caractère. La principale raison de cela est qu’elle fut élevée par la grâce d’Allah au sein d’une famille musulmane.

Elle évoque cette grâce elle-même. Parce qu’elle n’a connu ces parents qu’en temps que musulmans pratiquants. Et qu’il ne se passait pas un jour sans que le prophète pbsl vienne leur rendre visite.

 

La période d’adolescence d’ ‘Aïcha se situait entre ses 9 et 18 ans. Elle avait qualifié ces années comme étant les meilleures années de sa vie car elle s’est instruite ses années durant sous la meilleure institution, celle du prophète pbsl.

Elle a emménagé chez le prophète pbsl après avoir été élevé dans les principes de l’islam.Après que son père Abou Bakr qu’Allah les agrées lui ai enseignée les pilier de la fois musulmane.

Son père, Abou Bakh et sa mère Oum Roman l'aimait énormément.

La relation qu’ ‘Aïcha la mère des croyants avait avec ses parents était forte, solide et inébranlable. Elle était fondée sur l’amour, la confiance et le respect mutuel. Cela étant, ils restaient comme tout parents. Ils leur arrivaient de commettre manquements dans leur enseignement. Comme par exemple s’éprendre de colère ou faire preuve d’une sévère dureté. ‘Aïcha faisait preuve de patience et exécutait les instructions de ses parents avec une politesse inouïe. Son bon comportement envers son père était incroyable. 

Elle acceptait de plein cœur ses réprimandes et acquiesçait à sa colère. A un point tel qu’elle ne levait pas ses yeux du sol alors qu’elle était mariée. Qu’elle était devenue la mère des croyants et l’épouse du prophète pbsl. Mais cela n’a pas fait d’elle une arrogante bien au contraire. Tout cela l’a rendue encore plus serviable et redevable envers ses parents.

Rapporté dans les deux sahihs:

'Aïcha raconte: «Un de mes colliers est tombé lors de notre entrée à Médine. Ceci amena le prophète pbsl à ordonner l’arrêt pour pouvoir le chercher. Quelque temps après, il s’endormit en posant sa tête sur ma cuisse. Abou Bakr s’est approché de moi et a pointé sa main dans ma hanche en me disant :«tu as empêché les gens d’avancer à cause d’un collier?».

‘Aïcha dit qu’elle bloqua sa respiration, à cause de la douleur qu’elle ressentait. Une douleur si intense qu’elle crut en mourir. Causé par le point de son père.

Elle dit ne pas avoir su comment réagir à ce moment. D’un côté le prophète pbsl était endormi sur sa cuisse et de l’autre elle souffrait de ce point.

Elle racontera qu’elle a rencontré, de son père, ce jour-là, ce qu’Allah seul connaît comme reproches et réprimandes dans cet incident.

Observons l’attitude d’ ‘Aïcha, cette toute jeune fille à ce moment-là.

Elle est entre la piété filiale et le dévouement envers son mari. Un équilibre, une patience remarquable et une endurance unique dans ses agissements. En évitant de déranger son mari endormit et en endurant la douleur du point émit par son père.

 

Soubhanallah, elle réunit la satisfaction du père et celle de l’époux. Et Allah ne fais pas perdre la récompense des patients.

 

Mais après cela, il ne se passa que quelques minutes avant qu' Abou Bakr retourne auprès de sa fille.

Fière d’elle et de sa patience avec pour volonté de lui présenter ses excuses. Car grâce à ‘Aïcha des versets ont été révélés, comme le verset sur le tayamum (les ablutions sèche) qui a été instauré dans cette situation puis a été généralisé à tous les musulmans, tout cela grâce à cette jeune fille.

‘Aïcha a choisi le silence par respect du rang honorable du parent. Même si elle fut contrariée par le comportement de son père, par ses reproches et ses réprimandes. Elle savait que son père ne fut épris que par un instant de colère comme tous les parents.

 

‘Aïcha la mère des croyants comme plusieurs filles à cet âge a été confronté à l’autorité et à la sévérité de ses parents. Comme il est le cas dans les foyers d’aujourd’hui.

Elle craignait éfalement leur colère et leur réaction.

Une fois, en se rendant à la prière, Abou Bakr entendit la voix des épouses du prophètes s élevée considérablement sur celle du prophète pbsl. Abou Bakr cria alors d’une haute voix au prophète pbsl : «Sortez donc pour la prière et ignorez-les, ».

Puis ils s’y rendirent peu après.

‘Aïcha de son côté dit alors: «pauvre de moi, dans peu de temps le prophète pbsl finira sa prière après quoi Abou Bakr se précipitera pour venir me gronder et me blâmer».

Et ce fut effectivement le cas. Abou Bakr s’est aussitôt rendu chez ‘Aïcha après que le prophète pbsl avait terminé la prière et s’est adressé à elle fermement. Mais observons cette peur du père. Mêlant estime et obéissance, qu’Allah l’agrée.

La relation qu’elle entretenait avec ses parents étaient basés sur l’amour, la confiance et l’estime.

 

‘Aïcha, voyait en son père le meilleur compagnon du prophète pbsl et lui voyait en elle la plus attentionnée des filles et l’épouse d’un prophète honorable.

Abou Bakr aimait fortement 'Aïcha.

Il la chérissait et en avait une haute estime. On peut voir dans les dernières paroles d’Abou Bakr. Celle qu’il prononça avant sa mort, la preuve de
l’ampleur de cet amour et du profond attachement entre ‘Aïcha et son père. 
Il lui dit malgré son état: «Par Allah ma fille, parmi toutes les personnes, il n’y en a aucune d’entre-elles que j’aimerais savoir prospère après ma mort autant que toi. Et aucune d’entre-elles sa pauvreté me désolera après ma mort autant que toi. A cela ressemblait l’amour entre le père et sa fille. La période d’adolescence d’ ‘Aïcha s’est ainsi déroulé. Entre l’obéissance à son mari et la piété envers ses parents. 

Elle a su, à ce jeune âge entretenir une relation étroite avec ses parents et sa famille tout en préservant en même temps les droits de son époux. Ce qui n’est en rien une tâche facile.La plupart des mariages de nos jours, ne durent pas à cause de l’accroissement de l’une des relations en dépit de l’autre. 

Mais 'Aïcha qu'Allah l'agrée a réussis grâce à sa connaissance du juste milieu tirer profit de cette circonstance.

Particulièrement sensible pour la majorité des couples. Elle en a tirer profit en sa faveur en faisant d’elle l’une de ses principales sources de joie et de bonheur. Sans efforts particuliers, mais avec simplicité et contentement.

 A côté de ça, il y a sa relation avec ses frères et sœurs qui était une magnifique relation pleine de compassion et de dévouement. ‘Aïcha était en tant qu’adolescente, une adolescente attentive au droit de tout un chacun.

Elle était avenante, tendre, respectueuse et bienveillante. On pourrait donc définir la relation d’ ‘Aïcha avec ses parents au cours de son adolescence comme étant une relation étroitement solide.

Elle faisait appel après Allah à ses parents lorsqu’elle était face à des difficultés ou quand elle avait un problème.

Comme toutes les filles, elle leur demandait conseil. Et revenait vers eux dans ses moments difficiles et particulièrement vers Oum Rouman, de sonvrai nom Zineb. Connue pour être une mère sage et raisonnable.

L'incident de la calomnie : hadithat al ifk

Au moment de (hadithat al ifk) l’incident de la calomnie. ‘Aïcha avait tout juste 15 ans. Elle fut dévastée et anéantie après avoir appris ce qui s’ébruitait.

Cependant avant d’entreprendre quoi que ce soit elle se dirigea immédiatement vers ses parents. Afin de savoir dans un premier temps si ce qu’elle a entendu sur la présence de rumeurs était vrai et dans un deuxième temps afin de se référer à leur avis.

Comme raconta ‘Aïcha :« Un jour alors que le prophète pbsl venait me rendre visite pour prendre de mes nouvelles. Je lui demandai aussitôt s’il pbsl acceptait que j’aille voir mes parents. ‘Aïcha révèle lui avoir demander cela afin de s’assurer de la présence d’une telle calomnie par ses parents. ‘Aïcha raconte s’y être rendu sur le champ après avoir obtenu sa permission. A son arrivée elle interrogea sa mère sur la présence de telles rumeurs et ce qu’il en suit du récit sur cet incident.

 

‘Aïcha à réussit du haut de son jeune âge à faire preuve de raisonnement et de maturité comme en témoigne son souhait de vouloir se rendre chez ses parents. Sans en oublier de prendre la permission du prophète pbsl.

Observons la réaction de sa mère :

Oum Rouman, soucieuse pour sa fille, malgré qu’elle sache pertinemment que les hypocrites sont les auteurs de cette calomnie. Cherchait à atténuer la douleur de sa fille et lui dit que cette calomnie n’etait qu’une sorte de jalousie. Au vu de sa beauté et de sa position auprès du prophète pbsl. Essayant ainsi de l’apaiser.

Une situation qui montre l’étendue de la relation entre une fille saine d’esprit et une mère. Une éducatrice vertueuse.

Sa mère avait entendu la nouvelle il y a plus d’un mois mais elle n’est pas intervenue. Elle n’a pris aucune initiative avant qu’ ‘Aïcha ne se tourne vers elle.

Quelle savoir ! Ceci est un message pour toutes nos mamans.

De ne pas s’immiscer. La mère d’ ‘Aïcha ne s’est pas immiscé dans la vie de sa fille que lorsque celle-ci s’est tourné vers elle. Et l’ait interrogé pour lui demander conseil. l’attitude réfléchi d’ ‘Aïcha face à cette attaque à sa réputation et à son honneur, témoigne de sa maturité et de sa lucidité en tant qu’adolescente.

Le prophète pbsl s’est rendu à la maison de Abu Bakr alors que les rumeurs avaient atteint les plus hauts degrés de calomnie. Les hypocrites l’assiégeait de tout part pour parler avec ‘Aïcha. ils participèrent à une réunion de famille qui rassembla quatre personnes: le prophète, Abou Bakr, Oum rouman et ‘Aïcha. 

 

‘Aïcha la mère des croyants n’a pas entamé la conversation. Elle n’a pas devancer ses parents. Mais elle se tourna vers son père après que le prophète pbsl l’ait interrogé et lui a dit: «Répondez aux paroles du Messager d’Allah !». Son père de lui répondre : « Par Allah, je ne sais quoi dire au messager d’Allah ».

Puis elle se tourna vers sa mère, et lui dit :

«répondez au paroles du messager d’Allah ». Sa mère lui répondit :« Par Allah, ma fille je ne sais quoi répondre au messager d’Allah».

A ce moment seulement ‘Aïcha s’exprima. Elle qui n’avait encore que 15 ans a su exprimer son opinion. Elle a présenté ses arguments d’un ton ferme sans aucune hésitation. Mais avec politesse malgré son sentiment de colère, de peine et d’injustice.

‘Aïcha pendant sa jeunesse était comme toute les autres adolescentes. Elle avait des copines, des amies avec qui elles s’amusaient et dont elle aimait la compagnie.

 

'Aïcha la mère des croyants était à travers sa bonté et son éthique un modèle pour ses amies.

Une des amies d’ ‘Aïcha du nom de Roumaissa raconte s’être rendu chez ‘Aïcha très tôt le matin. ‘Aïcha était à son arrivée, en train de faire ses ablutions, pour ensuite se rendre dans une chambre. Une chambre qui lui appartenait et en a fermé la porte.

 

Roumaissa dit alors : «Ô mère des croyants je n’ai que cette heure de libre pour te rendre visite donc je voudrais profiter de ta compagnie.»

 

Elle m’a alors permis d’entrer. Et a par la suite prié 8 râkaat. Je ne saurais dire quelle partie de sa prière fut la plus longue. 

Était-ce sa lecture? Son agenouillement? Ou sa prosternation? Puis elle se tourna vers moi et me dit: «Ô Romaissa, j’ai vu le prophète pbsl les prier et sache que si mes parents venaient à moi à cet instant même je ne l’abandonnerais pas.

Elle insinuait par-là, que même si ses parents revenaient à la vie elle ne délaissera pas cette prière.

‘Aïcha aimait énormément la prière de l’aube à un point tel que la compagnie de ses amies ne pouvait pas l’en détourner. 

Les leçons à retenir de cette histoire

Mais observons le comportement ‘Aïcha la mère des croyants, observons là chères filles, elle a fait part à son amie d’un profit spirituelle et comme on le dit, les amis s’attirent mutuellement (vers le haut ou vers le bas).

 

La vie d’adolescence d’ ‘Aïcha est un modèle. Oui! Par Allah un modèle parfait pour toutes les filles. Par sa piété, sa relation avec ses parents. Son dévouement envers ses frères et sœurs, et envers sa famille et à ses amies.

Elle a une influence positive sur ses amies et sur son entourage.

 

‘Aïcha, l’adolescente est un modèle de droiture, de patience, et un modèle dans l’adoration. Qu’ Allah l’agrée.

 

La question qui se pose ici est : quelles sont les facteurs à l’origine des performances d’ ‘Aïcha à l’adolescence? Et comment les adolescentes d’aujourd’hui pourraient tirer profit de cette histoire à leur avantages ?

 

Premièrement:

Malgré qu’elle soit l’épouse de la plus honorable des personne et qu ‘elle soit la mère des croyants. Qu’elle ai eu un honorable père et mère et toute sa famille y compris ; elle traversa les mêmes tranches d’âges que toutes les autres filles. Aussi, les différentes situations ont pu prouver qu’ ‘Aïcha a su conserver son statut de fille, peu importe le niveau de gloire ou d’honneur qu’elle a pu atteindre. Cela n’a fait qu’accroître chez elle l’obéissance, la piété, le respect et l’humilité.

 

Deuxièmement, ‘Aïcha était endurante et avait une étonnante patience.

 

Troisièmement, Elle demandait très souvent conseil à ses parents. Elle a su par son intelligence comment tirer profits des éthiques du prophètes et des qualités des Grands de son entourage comme son mari, son père, sa mère et tant d’autres.

 

Quatrièmement, sa remarquable personnalité spirituelle et sa forte relation avec son Seigneur avait un énorme impact sur son comportement.

 

 

Cinquième et dernièrement, son influence positive sur ceux qui l’entourent, comme ses frères et sœurs et autres grâce à sa forte personnalité et ses pertinentes positions.

>